24 rue Moustier
13001 Marseille
09 54 58 88 77
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Horaires d'ouverture

Lundi : 18h15 - 21h00
Mardi : 18h30 - 21h00
Mercredi : 17h30 - 21h00
Jeudi : apéro Vigilo à 18h30
Vendredi : 18h - 20h
Samedi : 13h - 19h30
blog-post-petrole-3-80x15-fixe-bleu-gris

Newsletter




Communiqué du Collectif Vélos en Ville - APHEKOM

aphekom Paris mapL'étude APHEKOM (1) sur la qualité de l'air urbain vient de démontrer, dans le prolongement d'autres études, que dans 25 grandes villes européennes, l'espérance de vie pourrait augmenter jusqu'à 22 mois si les normes internationales en matière de particules fines (PM10) étaient respectées. Ces particules fines en suspension dans l'air proviennent essentiellement de la circulation automobile et principalement des véhicules diesel. Elles peuvent provoquer ou aggraver les pathologies tels que l'asthme, des problèmes cardiovasculaires, des cancers du poumon, et entraîner une mort prématurée. L'étude chiffre également les impacts financiers liés à cette pollution.
A Marseille, où le taux de PM10 dépasse de très loin le seuil recommandé par l'OMS avec 18 µg/m3 au lieu de 10 µg/m3, le respect du seuil permettrait d'éviter plusieurs centaines de décès (3000 en France) et d'augmenter l'espérance de vie de 8 mois dans la ville française la plus mal classée de l'étude.
Le Collectif Vélos en Ville :
-       rappelle qu'il est clairement établi que l'amélioration de la qualité de l'air passe nécessairement par une réduction drastique des déplacements motorisés qui doit passer par le développement des modes de déplacement doux (vélos et marche à pied) dont les impacts sanitaires sont considérables ; les impacts sanitaires de la pratique quotidienne de 30 minutes de vélo ont été estimés à 5,6 Milliards d'euros (2)
-       demande aux collectivités compétentes et à l'Etat la mise en œuvre d'une réelle et volontaire politique en faveur des déplacements doux et l'application des textes prévoyant la réduction de la place des modes motorisés, en cohérence avec les documents d'urbanisme actuellement en élaboration ou révision au sein de la Communauté Urbaine (3).
Face à cette situation médiocre, le Collectif Vélos en Ville déplore l'absence de mesures à Marseille alors qu'une initiative encourageante est lancée à Aix en Provence puisque la Communauté d'Agglomération du Pays d'Aix vient d'être retenue par l'Etat pour développer un projet de Zone d'Action Prioritaire pour l'Air (4) destinée à tester les moyens de limiter la pollution d'origine routière en ville.
Enfin, le Collectif Vélos en Ville indique qu'il continuera à veiller attentivement à la définition des outils propres à développement les modes doux, en particulier le Schéma Directeur des Modes doux actuellement en cours d'élaboration par MPM, et rappelle à toutes les autorités compétentes en matière d'aménagement que l'article 228 du code de l'Environnement impose la création d'aménagements cyclables lors de la réalisation ou du réaménagement de voirie urbaine.
 
(1)     Etude coordonnée par l'INVS et menée pendant 3 ans dans 25 villes européennes au sein de 12 pays
(2)   Economie du vélo en France - 2010 - cabinet INDDIGO http://www.droitauvelo.org/IMG/pdf/economie_velo_FUBicy_2010.pdf
(3)   SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale), PLU (Plan Local d'Urbanisme), PDU (Plan de Déplacements Urbains)
 

Le quotidien d'un cycliste parisien pendant 1 an.