24 rue Moustier
13001 Marseille
09 54 58 88 77

Horaires d'ouverture

Fermeture estivale
du 05/08 au 27/08
blog-post-petrole-3-80x15-fixe-bleu-gris

Newsletter




La commission Vélo-école
 

Parmi les bénévoles : 
 
photo Jean Coetmeur 719x1080
photo Jeanne 719x1080 Johannes BAAGOE - VE - Copie photo Marc Bennar 719x1080 Rmi DUFFORT - VE 1479x1733 photo Roger 719x1080 Sbastien
Serge 717x1080
    Jean
  Jeanne Johannes
    Marc     Rémi
   Roger Sébastien      Serge
 
 
Envie d’apprendre ou réapprendre à faire du vélo ?

Les bénévoles du Collectif Vélos en Ville proposent différentes vélo-écoles :

 

 Les actualités

La vélo-école fête les 20 ans du Collectif... Avec une chasse au trésor !

Chasseautresor CVVwebOn n'a pas tous les jours 20 ans, alors pour fêter les 20 ans du Collectif Vélos en Ville comme il se doit, la vélo-école vous invite à une :
 
CHASSE AU TRÉSOR
le 14 mai au parc Borely
 
Rendez-vous à 9h30 devant le château du parc Borély pour un départ à 10h. La chasse au trésor est ouverte à tous, adultes et enfants accompagnés, sans inscription, mais il vous faudra un vélo pour participer !

Une fois que les chasseurs auront atteint leur but nous partagerons ensemble un pique-nique vers 12h où chacun apporte quelque chose à manger et à boire.

Soyez les bienvenus dans la bonne humeur !

Velo-école et vélo-plaisir

FlyerVE2016 visunewsDepuis quelques années déjà des bénévoles du CVV sont engagés dans l'apprentissage du vélo pour adultes. On se retrouve le samedi matin au parc Borely. En fonction des demandes et des niveaux les bénévoles s'adaptent. Un vrai accompagnement  à la carte. Après les premières séances très techniques,  la bête maitrisée et les peurs surmontées c'est un plaisir partagé d'aller s'essayer sur les différents parcours proposés autour du Parc. Du coup chaque séance est différente de la précédente et permet de belles surprises. Ces moments de vélo-école offre de belles ouvertures sur l'autonomie et la socialisation recherchées par les apprenants. Bref c'est tout le contraire d'une école barbante. Alors si ça vous tente de venir nous rejoindre comme formateur, on vous attend...
 
 
 

Reprise de la vélo-école samedi 12 septembre

Collectif Vélos en Ville Marseille reprise vélo-école parc BorélySamedi 12 septembre, c'est la rentrée pour la vélo-école !
Pour se mettre, ou remettre, en selle et se sentir plus à l'aise à vélo, l'équipe des formateurs vous accueille au parc Borély le samedi matin avec sa gentillesse, sa patience et sa disponibilité légendaires. Attention, on a diagnostiqué quelques cas d'addiction sévère ;-)
Comment s'inscrire ? Toutes les informations sur notre page vélo-école
 

Venez partager le pique-nique de fin d'année de la vélo-école

Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école adultes débutants parc Borély

Pique-nique samedi 25 juillet à partir de 12h : rendez-vous sur la plage du Prado, sous les pins.

La vélo-école et l'atelier sont heureux de vous inviter au pique-nique de fin d'année. Chacun y apporte de quoi boire et manger : venez partager un moment convivial avec les élèves et les formateurs qui seront ravis de vous expliquer le fonctionnement de la vélo-école et de vous présenter les autres activités de l'association.

Pour ceux qui sont curieux de découvrir comment se déroule une séance de vélo-école : RDV devant le loueur de vélo Mickey Boy (3 avenue Borély) à 9h30.

A partir de 11h venez apprendre à réparer ou faire graver vos vélos avec notre atelier mobile, sous les pins sur la plage du Prado. Qu'est-ce qu'un gravage ? Toutes les réponse ici.

Tout le monde est le-la bienvenu-e !

 

Reprise de la vélo-école le samedi 14 mars 2015

Collectif Vélos en Ville Marseille Vélo-école Borély
Le Collectif Vélos en Ville anticipe l'arrivée du printemps en prévoyant la reprise de la vélo-école pour adultes dès la semaine prochaine.
 
Après une trêve bien méritée depuis le mois de décembre, nous donnons rendez-vous aux élèves et aux formateurs samedi 14 mars à 9h30 devant Mickey Boy, 3 avenue du Parc Borély (à gauche face à l'entrée principale du parc).
 

La trêve hivernale de la vélo-école

Collectif Vélos en Ville Marseille Vélo-école trêve hivernaleMême si on est encore loin de voir un jour le parc Borély sous 10 cm de neige, une pause hivernale s'impose : le temps que nos formateurs, nos stagiaires et leurs vélos reprennent des forces pour la saison 2015 ! Et ouiii, pas de panique: la vélo-école reprendra au mois de mars.
En attendant, pour marquer la fin de cette session, formateurs et stagiaires ont partagé le déjeuner des bénévoles de l'atelier samedi 6 décembre au local. Chacun avait apporté de quoi émoustiller nos papilles et le festin était l'occasion de faire un peu plus connaissance.
A renouveler, non ?
 
Alors à l'année prochaine pour la suite de l'aventure ! 

La vélo-école adultes fait sa rentrée

Collectif Vélos en Ville Marseille Vél-écoleAprès une pause estivale bien méritée, c'est la reprise de la vélo-école adultes samedi 13 septembre au parc Borély. De plus en plus de cyclistes en herbe s'adressent à nous pour apprendre ou réapprendre à se déplacer à bicyclette.
 
Pour assurer le bon fonctionnement des séances, nous sommes encore et toujours à la recherche de bénévoles. D'ailleurs la Maison du Vélo organise une formation d’Initiateur Mobilité à Vélo du 7 au 10 octobre à Toulouse. Alors venez rejoindre la joyeuse équipe des formateurs vélo-école !

Une séance formidable

Collectif Vélos en Ville Marseille Vélo-école BorélyNous avons passé une journée FORMIDABLE ce samedi 21 juin !!!!
Toutes les conditions étaient réunies pour que nous passions une belle journée : une osmose entre les nouvelles et les " anciennes " adeptes du vélo, un parcours enrichissant pour celles qui rentraient dans le monde de la circulation des véhicules, un pas de géant pour certaines complètement bluffées et une très grande satisfaction pour nous les formateurs !
 

Témoignages de formateurs ou stagiaires de la vélo-école

Témoignage de Angélique Gaulard, stagiaire le samedi matin

" Une vélo école mais pour quoi faire ? Ca semble superflu pour certains…
Une vélo école ?? Mais ça s’apprend tout seul le vélo, facile ! Ben oui, c’est bien connu, il y a des choses qui ne s’oublient jamais, comme la bicyclette !!
Et bien détrompez-vous ! D’une part, faudrait-il déjà avoir pratiqué le vélo, car il existe des gens qui n’en n’ont jamais fait ! Et d’autre part, pas facile de remonter sur un vélo après des années d’abstinence.
Se remettre en selle seul est un frein supplémentaire à ajouter à celui de faire du vélo en centre ville de Marseille. Tout seul, c’est aussi plus long, on ne comprend pas ses erreurs, c’est moins motivant et du coup on a tendance à laisser tomber !
Alors qu’avec l’appui d'un groupe, on apprend ou réapprend l’équilibre, l’assurance en soi, à ne pas foncer sur les obstacles, à adapter sa vitesse, bref on apprend les techniques de base puisque nos vies d’adultes font que l’on n'a plus le temps d’apprendre tout ça dans le parking ou le jardin du quartier avec ses copains ! Et du coup, on prend plaisir à partager, à progresser, à avancer plus vite… On se prend à rêver, à pédaler dans les rues de Marseille, d’aller au boulot en vélo au lieu du métro, ah liberté !!! Rêve ultime, la Vélorution !! La Fête du Vélo !! Oui c’est possible !
Mais faire du vélo en ville n’est pas chose aisée, il est plus prudent de respecter certaines étapes d’apprentissage au préalable afin de circuler en toute sécurité sans crainte et donc avec plaisir car le vélo c’est du plaisir avant tout !!
La vélo-école, ce sont des bénévoles qui donnent de leur temps pour transmettre leur passion du vélo. Ils offrent un cadre, un rythme d’apprentissage, de précieux conseils et cerise sur le gâteau, une aventure collective, des expériences à partager avec le CVV.

La vélo école, pour qui ? Pour toutes celles et ceux qui n’osent pas faire du vélo en solo, qui sont hésitant(e)s, qui n’en ont jamais fait ou peu, ou qui pratiquent mais ont besoin de perfectionnement pour pédaler en toute autonomie, qui appréhendent la circulation en ville…"


Témoignage de Roger Colombani,  formateur bénévole au Parc Borély

" Le vélo comme tout sport et loisir demande une formation progressive. Il s'agit d'apprendre à connaitre et se familiariser avec  son vélo : son fonctionnement mécanique, l'utilisation du dérailleur en fonction du terrain, la réparation d'une crevaison (avoir le matériel nécessaire : rustines, colle, démonte-pneu, pompe ), savoir anticiper (un rétroviseur permet d'anticiper le danger a l'arrière), et se signaler (une sonnette est très utile).
Il faut aussi se familiariser avec son environnement : être décontracté, discuter l'ensemble en groupe, ne pas trop se couvrir pour être à l'aise.
Pendant le stage, le formateur surveille l'évolution hebdomadaire, les progrès comme les difficultés. Cela permet à chaque stagiaire de se rendre compte de son évolution.
Beaucoup de stagiaires se sentant plus confiantes au bout de 5 à 6 séances arrêtent les séances. C'est une erreur car il est nécessaire de persévérer et continuer à se perfectionner pour anticiper les dangers possibles en circulation et acquérir le comportement adéquat en terme de sécurité. Comme c'est le cas du moniteur d'auto-école qui met en confiance son conducteur avant de le laisser seul dans la circulation.
L'association vient de former de nouveaux bénévoles, souhaitant faire profiter de leur savoir-faire et de leur pédagogie les stagiaires débutants. Vous aussi, vous pouvez rejoindre cette grande famille. A bientôt sur les pistes."
 
 
Vous aussi, venez partager votre expérience ! Contactez le collectif par mail : Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser. pour témoigner.

Formation pilote de tandem non-voyant

Elle permet d'apprendre à piloter un tandem et accompagner des non-voyants.
 
Comment ça marche ? Comment s'inscrire ?
 
Renseignements et inscriptions auprès de Serge au 06 10 75 67 49.

Appel à bénévoles !

Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école adultes

Plus on est de formateurs, plus ça roule ma poule !!!!

La vélo-école fonctionne avec l'énergie et la pédagogie des bénévoles qui accompagnent les stagiaires dans leur progression.

Vous savez faire du vélo et vous avez le sens de la pédagogie ?

Vous aimez communiquer votre savoir-faire et vos connaissances ?

 Alors rejoignez notre équipe pour être formateur auprès d'adultes débutants à vélo !

 Parmi les bénévoles :

Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école adultes Borély Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école Borély Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école Borély Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école Borély Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école Borély Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-école Borély
Jean Jeanne Marc Roger Séb Serge

Vélo-trafic

Collectif Vélos en Ville Marseille vélo-trafic vélo-école
 
Pour adopter les comportements et les règles de sécurité à tenir en ville, nous emmenons les adhérents intéressés sur la chaussée, dans le trafic.
 
Il est conseillé de porter un casque et un gilet réfléchissant.
 
 
Comment ça marche ?
La vélo-trafic est organisée à la demande par groupe de 4 à 5 personnes minimum, lors des séances de vélo-école.
Même rendez-vous que pour la vélo-école : le samedi de 9h30 à 11h30 au parc Borély.
La vélo-trafic se déroule sur les mêmes périodes que la vélo-école : de septembre à décembre et de mars à juin.
Excepté pour la séance d'essai, le règlement de l'adhésion au Collectif Vélos en Ville est obligatoire et se fait auprès du formateur.
Il est possible de louer un vélo pour chaque séance, le règlement de la location se fait au loueur.

Comment s'inscrire ?
De préférence par mail, à Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser. , en précisant que vous souhaitez pratiquer la vélo-trafic
ou par téléphone au 09.54.58.88.77
… entre le lundi et le mercredi midi précédent la séance

Lors d'une 1ère inscription, merci d'indiquer vos coordonnées : nom, prénom, numéro de téléphone + adresse mail (c'est très important de pouvoir vous contacter)

Vélo-école adultes débutants

Pour se mettre, ou remettre, en selle et se sentir plus à l'aise à vélo.
 
Comment ça marche ?
Deux formules sont proposées : les cours collectifs et les cours à la demande
  • Cours collectifs au parc Borély :
Collectif vélos en Ville Marseille vélo-école adultes Le samedi de 9h30 à 11h30.
La vélo-école est ouverte :
- aux adultes ;
- aux enfants de tous ages, sous la responsabilité d'un parent durant la séance ;
- aux enfants de plus de 14 ans non accompagnés, sur autorisation écrite d'un parent.
Excepté pour la séance d'essai, tout participant à la vélo-école doit adhérer au Collectif Vélos en Ville. Parents et enfants peuvent prendre une adhésion "famille", les enfants peuvent prendre une adhésion "réduite". Le règlement de l'adhésion se fait auprès du formateur.
Il est possible de louer un vélo pour chaque séance, le règlement de la location se fait auprès du loueur.

Comment s'inscrire ?
De préférence par mail, à Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser. ou par téléphone au 09.54.58.88.77
… entre le lundi et le mercredi midi précédent la séance
Lors d'une 1ère inscription, merci d'indiquer vos coordonnées : nom, prénom, numéro de téléphone + adresse mail (c'est très important de pouvoir vous contacter)
 
La prochaine séance de vélo-école aura lieu le samedi 29 juillet : vous pouvez vous inscrire à cette séance en écrivant à cette adresse collectif@velosenville.orgou en téléphonant au 09 54 58 88 77

  • Cours à la demande :

Pour la vélo école à la demande : renseignements et inscriptions auprès de Serge au 06 10 75 67 49. Le règlement de l'adhésion au Collectif Vélos en Ville est obligatoire et se fait auprès du formateur.

Reprise de la vélo-école le samedi 8 mars


Collectif Vélos en Ville Marseille Vélo-école adulte parc Borély
Le Collectif Vélos en Ville anticipe l'arrivée du printemps en prévoyant la reprise de la vélo-école pour adultes dès le début du mois prochain.
 
Après une trêve bien méritée depuis le mois de décembre, nous donnons rendez-vous aux élèves et aux formateurs samedi 8 mars à 9h30 devant Mickey Boy, 3 avenue du Parc Borély (à gauche face à l'entrée principale du parc).

La vélo-école a besoin de formateurs bénévoles

Collectif Vélos en Ville Marseille Vélo-école formateurs BicycletteDepuis plusieurs années le Collectif Vélos en Ville organise une "vélo-école" qui fonctionne le samedi matin au Parc Borély. Elle est fréquentée par des adultes qui, pour la plupart, n'ont jamais fait de vélo. L'objectif est donc, en quelques séances, de leur transmettre les bases indispensables à une pratique.

L'encadrement est actuellement assuré par 3-4 bénévoles réguliers, mais leur nombre est insuffisant pour garantir un fonctionnnement vraiment satisfaisant. Le Collectif Vélos en Ville fait donc appel à de nouveaux volontaires qui souhaiteraient s'investir dans cette activité utile et valorisante dans une ambiance très conviviale.

Si vous êtes intéressé, prenez contact avec nous au 09 54 58 88 77 qui vous donnera tous les renseignements complémentaires que vous souhaitez obtenir.

A noter également : la dernière séance de vélo-école aura lieu le samedi 7 décembre (ce n'est que la trêve hivernale, les séances reprendront en mars)

Alors pour marquer la fin de la session sur une note conviviale, nous invitons les stagiaires et les formateurs à venir partager un déjeuner-picnic au local, 24 rue Moustier (1er arr.), après la séance du 7 décembre. Apporter vos bons petits plats ou tout autre bonne chose à grignoter.

Wiki2D, 8 mars 2013

Vive la Vélorution à Marseille
 
Claire Bernard, Wiki2D, 8 mars 2013
velo
Les conseils du Collectif Vélos en Ville pour arpenter les rues de Marseille en toute sécurité.
Le vélo à Marseille ? « Trop dangereux », « trop difficile » , « je vais me le faire voler » , et « en plus je n’y connais rien » ! Beaucoup de raisons pour se contenter de sa bonne vieille voiture pour les trajets quotidiens, même si cela prend un temps fou à cause de la circulation.
 
Un raisonnement que le Collectif Vélos en Ville Marseille connaît bien ! Pourtant, de plus en plus de Marseillais se laissent convaincre par cette association. Dans son atelier, des bénévoles passionnés de bicyclettes prêts à vous apprendre à entretenir votre nouveau meilleur ami.
 
Maxime, jeune cycliste de 22 ans n’a pas hésité à adhérer au collectif. Pour lui, l’atelier est un lieu particulier. Il vient y chercher des conseils pour réparer son vélo, un savoir faire et des outils qu’il ne pourrait s’offrir.
 
Au delà du transfert de connaissances techniques, entre bénévoles et adhérents, le collectif vélos en ville propose aux plus réticents, ou aux moins expérimentés, la « vélo école ». Sophie, une des bénévoles de l’atelier, nous explique que cette formation a été créée pour « apprendre aux adultes à faire du vélo en milieu urbain. Afin de se confronter à la circulation en ville il y a quelques notions et repères à avoir. C’est ce que l’on enseigne à la vélo école ! » Aujourd’hui la jeune femme n’envisagerait plus ses déplacements en ville autrement qu’à vélo « c’est une autre façon d’appréhender la ville. En vélo on voit tout, on est en contact avec les gens. »
 
Utiliser le vélo comme moyen de transport principal en ville, c’est se soucier de notre impact écologique sur la planète bien sûr, mais aussi économiser du temps (plus d’embouteillage) et de l’argent (fini le financement des grosses industries pétrolières).
 
Le collectif Vélos en villes, met donc à disposition de ses adhérents du matériel, un savoir faire et des conseils pour une pratique du vélo en toute sécurité. Des vélos bien entretenus sont évidemment beaucoup plus surs. Pour éviter de vous faire voler votre vélo (dorénavant vous y tenez à votre moyen de transport!) l’association conseille de se munir de bon antivol, « même si leur coût est élevé, il vaut mieux investir une fois, plutôt que de chercher un nouveau vélo tous les deux mois ! » A Marseille, comme ailleurs en France, le vélo reste un objet très prisé des voleurs.
 
Maintenant que vous êtes prêts en prendre le large en deux roues, voici cinq notions essentielles au bon déroulement de vos trajets :
1. Respecter le Code de la route et la signalisation, destinés à assurer la sécurité et la bonne cohabitation de tous les usagers de la route.
2. Se munir d’un bon équipement. Contrôler régulièrement le bon état du véhicule : frein, éclairage, pneus et avertisseur sonore.
3. Être vu. Pour la circulation de nuit ou par visibilité insuffisante, équiper le véhicule d’un feu avant jaune ou blanc, et d’un feu arrière rouge
4. Se signaler lors d’un changement de direction. Ne pas rester en dehors du champ de vision des conducteurs. Indiquer avec le bras que l’on tourne et rouler à au moins un mètre du trottoir.
5.Rester vigilant : anticiper. Surveiller les mouvements des autres usagers de la route, pour ne pas se laisser surprendre.
 
Pratique: Collectif Vélos en ville Marseille, 24 rue Moustier, 13001 Marseille. 09 54 58 88 77.
Horaires d’ouverture : lundi,  18h00 – 21h00, du mardi au jeudi,16H00 – 21H00, vendredi : 16H00 – 20H00, et samedi,  11H00 – 19H30.

Reprise de la vélo-école le 2 mars

P1050596Vous êtes nombreux à nous contacter pour connaitre le fonctionnement de la vélo-école. 

En sommeil cet hiver, la vélo-école reprendra le samedi 2 mars à 9h30. Le RDV est comme toujours devant le loueur de vélo Mickey Boy (3 avenue Borély).

La vélo-école est destinée aux débutants ou aux personnes n'ayant plus fait de vélo depuis longtemps.

Lire la suite : Reprise de la vélo-école le 2 mars

Bénévoles du Collectif, faites-vous tirer le portrait !

Vous êtes actif au sein de l'association sur l'atelier, les balades, la commission Aménagements Cyclables, l'organisation d'évènements, l'écomobilité, la vélo-école, la communication ou bien sur l'administration ?

Lire la suite : Bénévoles du Collectif, faites-vous tirer le portrait !

Recherche de formateurs pour la vélo-école

photo VE newsletter Le Collectif Vélos en Ville recrute des bénévoles formateurs pour la vélo-école ! La vélo-école permet à un large public d'apprendre à faire du vélo ou de s'y remettre. Elle a lieu toute l'année, le samedi matin, au parc Borély.
Elle fonctionne avec l'énergie et la pédagogie des bénévoles qui accompagnent les stagiaires dans leur progression.
 
Si vous avez envie de transmettre dans un climat convivial votre pratique du vélo, contactez-nous sans tarder !  Écrivez-nous à cette Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser. , et n'oubliez pas de nous laisser vos coordonnées.

 
 

Vélo-école le samedi 22 septembre

Sans petites rouesok

Remettez-vous en selle avec la vélo-école !

Vous êtes débutant et souhaitez apprendre à faire du vélo ? Vous n'en avez plus fait depuis longtemps et souhaitez vous remettre en selle ? La vélo-école est faite pour vous ! 

Lire la suite : Vélo-école le samedi 22 septembre

A bas les petites roues à vélo

Slate.fr

Publié le 20/05/2012 Les petites roues sont le meilleur moyen de ne pas apprendre aux enfants à faire du vélo.  Doux lecteur, laisse ton esprit vagabonder vers l’époque où tu as appris, pour la première fois, à faire du vélo. Comment oublier un si magnifique moment? Scène emblématique: l’enfant est stressé, perché sur son Schwinn tout neuf, mais il fait confiance à son papa—et à ses petites roues. Un beau jour ensoleillé on finit par les enlever, l’enfant y croit, ses petites roues l’ont préparé à conduire un vélo—il est prêt. Son père court à côté de lui en tenant la selle, et il lâche. L’enfant, triomphant, s’élance—la tête la première, il se prend le trottoir. photospetitesroues
Oh, ces souvenirs!

Pour de nombreuses générations, les petites roues ont été la méthode ordinaire pour ne pas apprendre aux enfants à faire du vélo. C’est un rituel d’enfance ancestral et respecté: on bidouille avec la clé à molette, on enlève les petites roues, on regarde l’enfant se prendre une gamelle, on recommence.

Ce n’est pas une fatalité.

Comparés aux petites-roues-d’antan-qui-apprennent-la-vie-malgré-les-épreuves, les draisiennes—ces vélos en bois sans pédale que vous n’avez pas pu ne pas voir si vous habitez Brooklyn — ou Paris, NDLE— et que vous avez peut-être aperçus si vous vivez ailleurs—ressemblent fort à un gadget superflu tout juste bon à jeter l’argent par les fenêtres, à un méta-vélo, à la caricature du genre de cochonneries qu’achètent ces parents soumis à la culture de la consommation (capables d’acheter un vélo qui ne fonctionne littéralement pas!).

800px-bike buddies

Bike Buddies, license cc-by-2.0 Flickr / Baudmann

En réalité, le vélo sans pédale n’est pas moderne du tout. C’est le descendant direct du premier proto-vélo. Et il gagne en popularité pour une raison très valable: il corrige la tragique erreur historique des petites roues.

On ne sait pas exactement quand les petites roues sont devenues populaires, mais les historiens estiment que c’était probablement au début des années 1900. En revanche, on comprend facilement pourquoi elles ont eu le succès qu’on leur connaît. Elles étaient la solution évidente à un problème évident: comment convaincre quelqu’un de monter sur un engin qui de toute évidence ne tient pas debout?

On oublie facilement à quel point faire du vélo n’est pas naturel. Pour commencer, si vous voulez équilibrer votre bicyclette, il faut tourner le guidon dans le sens où il penche. C’est un geste tellement automatique que quand vous roulez, vous n’avez pas conscience de le faire. Mais les enfants, eux, savent qu’ils le font, ce qui explique qu’ils aient tant de mal.

Cela semble tout bonnement contre-nature. L’esprit, comme l’écrivit Mark Twain après avoir appris à faire du vélo, «doit enseigner aux membres à se débarrasser de leur vieille éducation et à adopter la nouvelle.»

768px-velocipedes jardin de luxembourg 1818 Plus difficile encore, si vous voulez faire du vélo il faut vous soumettre volontairement à l’instabilité de sa nature. Comme l’écrivit en 1896 l’ingénieur anglais Archibald Sharp dans un livre sur le vélo qui fait autorité, «si la bicyclette et le cycliste sont au repos, leur position est ainsi celle d’un équilibre instable, et aucun effort de dextérité gymnastique ne permettra à cette position d’être maintenue plus de quelques secondes.» Perdre son sang-froid, c’est perdre l’équilibre.

Rien de surprenant par conséquent que les apprentis-pédaleurs aient aspiré à davantage de stabilité, surtout quand les bicyclettes étaient encore un spectacle tenant du merveilleux. «On ne peut imaginer aujourd’hui la mesure de la crainte de perdre l’équilibre chez la population adulte [de l’époque]» explique l’historien des technologies allemand Hans-Erhard Lessing dans une interview. «Les gens osaient à peine décoller les pieds de la sécurité du sol.»

L’idée de résoudre ce problème en augmentant le nombre de roues est arrivée bien avant les petites roues. «A peine la première bicyclette utilisable fut-elle inventée que l’on se tourna vers le tricycle comme étant la plus sûre des deux machines», note Sharp.

 

 

Velocipedes, Jardin de Luxembourg, Paris, France, 1818. Domaine public, via Wikimedias Commons.


Dans les années 1880, il existait des tricycles qui ressemblaient aux bicyclettes actuelles—excepté qu’au lieu d’avoir une seule roue arrière elles en avaient deux, placées de chaque côté du cadre. Le problème, comme l’apprirent les premiers inventeurs, était que la roue supplémentaire aggravait les choses. N’importe quel enfant qui a déjà essayé de prendre un virage en tricycle ou avec des petites roues vous le dira.

Pour apprendre à faire du vélo, il faut résoudre deux problèmes: celui du pédalage, et celui de l’équilibre. Les petites roues ne règlent que le problème du pédalage—le plus facile, donc. Apprendre à garder l’équilibre sur un vélo est bien plus difficile, et un outil «d’apprentissage» qui élimine la nécessité de garder l’équilibre est pire qu’à côté de la plaque.

Les petites roues ne vous apprennent qu’à faire du vélo équipé de petites roues. Pas étonnant que votre première expérience sur un vrai vélo ait été terrifiante! Vous n’aviez jamais rien fait de tel avant.

Dans Bicycling Science, un classique, David Gordon Wilson, professeur d’ingénierie au MIT, évacue le concept des petites roues en une seule mémorable phrase:

    "Il est difficile de concevoir comment des petites roues peuvent inculquer le moins du monde l’habitude d’équilibre recherchée, à moins qu’elles ne touchent pas le sol".

À la place, propose Wilson, essayez «l’idée de bon sens de dire à celui qui essaie d’apprendre à faire du vélo de suffisamment baisser sa selle pour qu’il puisse poser les pieds par terre et s’entraîner en descendant des pentes douces recouvertes d’herbe.»

Le conseil de Wilson n’a rien de nouveau. Un siècle auparavant, les jeunes cyclistes entendaient exactement la même chose :

    "Autre possibilité avantageuse susceptible d’être envisagée, celle de retirer les pédales et de placer la selle si bas que les pieds peuvent facilement toucher le sol, puis de pousser la machine à la manière du vieux cheval à bascule, en prenant garde de commencer sur une surface égale".

Suivez ces conseils et vous voilà avec un vélo sans pédale. Vous venez de fabriquer la première proto-bicyclette: la draisienne.

Au commencement, il y avait le Tambora (ne partez pas). Quand ce volcan indonésien entra en éruption en avril 1816, il cracha des cendres dans la stratosphère, modifiant pendant des mois le climat du monde entier. Dans toute l’Europe, les cultures furent mauvaises; 1816 deviendrait la célèbre année sans été. Alors que le prix de l’avoine pour chevaux flambait, un jeune baron allemand du nom de Karl Drais eut l’idée d’inventer un cheval mécanique.

Sa draisienne était un engin en bois sans pédale ni chaîne. À la place, le cycliste se propulsait en avant avec les pieds, à une vitesse supérieure à celle des piétons. Cette invention se répandit rapidement en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique, inspirant de nombreuses imitations.


Mais le charme de la nouveauté se dissipa en quelques années: les routes étaient trop mauvaises; les trajets étaient épuisants, et il y eut des accidents. L’historien de la bicyclette David Herlihy écrit que les premiers utilisateurs de draisienne ne tardèrent pas à découvrir que «chaque trajet leur coûtait une paire de bottine.» Drais mourut dans la misère.

Le vélo sans roue moderne est, à un point remarquable, une copie de la draisienne originale. Les deux sont essentiellement faits de bois (bien que toutes les draisiennes d’aujourd’hui ne le soient pas). A l’origine, les conducteurs de draisiennes étaient inclinés vers l’avant, appuyés sur une planchette, ce qui ressemble assez à ce que font les enfants aujourd’hui, et poussaient sur leurs pieds pour avancer.

De nos jours, il est facile de voir la bicyclette dans la draisienne. En 1816, personne ne le pouvait: la bicyclette n’allait pas ressembler de près ou de loin à sa forme moderne avant des décennies. Les enfants qui passent d’un coup de la draisienne au vélo empruntent un raccourci d’un demi-siècle.

Les parents sont de plus en plus nombreux à prendre ce raccourci. La San Francisco Bicycle Coalition organise un événement populaire qui vise ouvertement à  bazarder les petites roues (ils ont aussi une bonne brochure expliquant comment faire). Les modèles de draisiennes prolifèrent, et, à en croire les vendeurs de cycles, les ventes augmentent.

Et c’est une bonne chose. Les enfants qui commencent par la draisienne résolvent d’abord le problème de l’équilibre. Et ils le résolvent facilement: ils vont beaucoup plus vite et sont beaucoup plus stables que ne semblerait le permettre leur engin (laissez passez!) Ils ont la même confiance qu’un enfant sur un vélo à petites roues, mais cette confiance est justifiée: ils savent réellement comment se tenir en équilibre sur une bicyclette.

Une fois sur un vrai vélo, ces enfants n’ont plus qu’à apprendre à faire fonctionner les pédales. Apprendre à pédaler tout en gardant l’équilibre n’est pas une mince affaire bien sûr, mais c’est bien plus simple qu’apprendre à garder l’équilibre tout en pédalant.

Alors laissez tomber les petites roues et enlevez les pédales à la place. La longue popularité des petites roues est un véritable casse-tête historique; personne ne sait pourquoi un jour quelqu’un s’est dit qu’elles seraient utiles pour servir à un but précis. En réalité, c’est l’illustration même de l’outil qui enseigne la mauvaise leçon. Quand elles auront disparu, seuls les fabricants de sparadrap auront du mal à s’en remettre.

Nicholas Day

Traduit par Bérengère Viennot

 

Vélo-école : de bonnes raisons de se lancer

Se lancer à vélo sous le regard d'un coach

photo Le MOnde ok

Le Monde, 2 juillet 2012, Olivier Razemon

Tous les prétextes sont bons pour se mettre au vélo : la santé, le porte-monnaie, voire l'avenir de la planète. Mais beaucoup n'osent pas. Se lancer dans la jungle urbaine, parmi les voitures, est souvent considéré comme risqué. Commentbraver la circulation lorsque la piste cyclable s'arrête brusquement ? Que faireface à un automobiliste klaxonnant furieusement ? Faut-il porter un casque ? C'est à ces questions que répondent, à Nantes, les coachs bénévoles formés par l'association Place au vélo.

"Il ne s'agit pas d'apprendre aux gens à monter sur une bicyclette, mais bien de les accompagner dans la circulation, pour qu'ils s'habituent à leur trajet quotidien",explique Loïc Boche, animateur salarié de l'association. L'opération, qui s'est tenue en juin, est encore confidentielle.

A Bruxelles, l'association Pro Vélo, soutenue financièrement par la région Bruxelles-capitale, organise chaque printemps une campagne appelée Bike Experience, qui rencontre un grand succès. De trente-sept participants en 2010, l'opération a séduit plus de deux cents adeptes pour sa troisième édition, au début du mois de mai.

Julie Koplowicz fait partie de ces motivés. Cette jeune femme vit à Laeken, au nord de Bruxelles, et, jusqu'en 2011, ne se déplaçait dans la ville qu'au volant de sa voiture. Lassée de cet objet "encombrant, polluant et pas très sportif", elle souhaitait "envisager d'autres moyens de transport", mais craignait de rouler en ville à vélo. La capitale belge, en partie bâtie sur des collines, n'est guère propice à la bicyclette. Les pentes y sont rudes et les pavés rebutent les cyclistes les plus téméraires qui doivent aussi éviter de glisser leurs roues dans les rails du tramway.

En mai 2011, Pro Vélo a présenté Mme Koplowicz à Isabelle Paternotte, comédienne de profession, qui vit à Jette, dans la banlieue nord-ouest de la capitale, et se déplace presque exclusivement à vélo. "J'apprécie le militantisme concret, citoyen, susceptible de changer vraiment la ville", explique le coach.

Avant de guider son "élève" dans les rues de la ville, Mme Paternotte s'est elle-même prêtée à une séance de formation. "J'ai dû faire un effort mental pour memettre à la place d'une personne qui n'a pas l'habitude du vélo", raconte-t-elle. Puis les deux femmes ont sympathisé au cours d'un pique-nique festif organisé par l'association. Pour l'occasion, chaque coach et chaque "biker", comme on appelle l'impétrant, ont reçu un sac. A l'intérieur, un plan du grand Bruxelles avec indication du relief, une présentation de la Bike Experience en français comme en néerlandais, ainsi qu'un gilet fluo.


CHANGER SON MODE DE DÉPLACEMENT

L'expérience dure trois jours. Chaque matin, le coach vient chercher l'apprenti à son domicile et accomplit l'itinéraire avec lui avant de le raccompagner le soir. MmeKoplowicz s'est sentie plus à l'aise qu'elle ne l'avait imaginé. "Je n'ai pas ressenti d'agression de la part des automobilistes. Finalement, la cohabitation se passe bien", témoigne-t-elle. Mme Paternotte a trouvé que la jeune femme s'en sortait correctement, même si "elle avait tendance, comme beaucoup de novices, àrouler discrètement, trop près des voitures en stationnement. Alors que les automobilistes respectent mieux les cyclistes lorsqu'ils les voient".

Afin de remplir l'objectif, fixé par la région, d'un taux de 20 % de Bruxellois à vélo en 2015, Pro Vélo cherche à convaincre des entreprises de participer à son opération annuelle. "Si les gens partagent la même destination, c'est plus facile à organiser", précise Nathalie Carpentier, salariée de l'association. Plusieurs employeurs, parmi lesquels la Commission européenne, le Parlement européen, le groupe Total ou l'Université libre de Bruxelles, se sont prêtés au jeu.

Toutefois, de nombreux "bikers" continuent à se présenter individuellement. La plupart d'entre eux, qui effectuent de courts trajets quotidiens, confient qu'ils en ont assez de perdre leur temps dans les embouteillages. "Nous sommes surpris par le nombre de femmes désireuses de changer leur mode de déplacement", souligne Mme Carpentier. La répartition linguistique, 70 % de francophones, 12 % de néerlandophones et 18 % d'anglophones, reflète la diversité de la capitale belge. A Nantes, Place au vélo n'espère pas faire autant d'émules dans un premier temps. Mais l'association prévoit déjà de renouveler l'opération en 2013 en cas de succès.

Sur le Web : Placeauvelo-nantes.fr et Provelo.org

Dimanche 18 septembre et mercredi 21 septembre 2011

Formation « A vélo dans le Trafic »

vlo-coleTandis que la formation initiale de la Vélo-école[1] du Collectif Vélos en Ville vise une mise à niveau hors circulation sur les habiletés nécessaires pour circuler dans le trafic (savoir se placer, maintenir sa ligne, se retourner, lâcher le guidon, freiner, changer de vitesses) la formation proposée à l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité 2011 consiste à mettre en œuvre ces habiletés et ces automatismes dans des conditions de circulation normale. Il s'agit d'un travail sur le placement, le démarrage, le franchissement des ronds-points, le tourne-à-gauche...

Cette formation de 3 heures ne prétend pas faire de vous un cycliste urbain invulnérable. Plus modestement, nous souhaitons vous faire connaître les principes de base d'une circulation assurée dans le trafic.

A vous ensuite de travailler les points qui nécessitent un peu d'entraînement.

Vous pouvez bien sûr redoubler ou même tripler cette formation si nécessaire...

Dans tous les cas n'oubliez pas que circuler à vélo dans la circulation implique un état d'esprit différent du cycliste de loisirs. Vous conduisez un outil de déplacement qui au même titre que les autres à sa place dans la circulation et votre attitude doit être la même que celle d'un (bon) conducteur.

Vous désirez vous inscrire ? Inscriptions par mail à Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

[1] La vélo-école du Collectif Vélos en Ville

Vélo opinion, juin 2006

 
2006.06.Véloopinion Et si le vélo était lavenir de Marseille 776x1080
2006.06.Véloopinion Et si le vélo était lavenir de Marseille2 742x1080
 
 
2006.06.Véloopinion Et si le vélo était lavenir de Marseille3 727x1080
 
2006.06.Véloopinion Et si le vélo était lavenir de Marseille4 737x1080
2006.06.Véloopinion Et si le vélo était lavenir de Marseille5 814x1080
2006.06.Véloopinion Et si le vélo était lavenir de Marseille6 766x1080

Sous-catégories